Allez et faites des disciples

« Allez et faites des disciples… »

 

  Par Fabrice Lamirault

 

 

 

J’aimerais regarder avec vous un passage qui se trouve dans l’évangile de Matthieu, au chapitre 28. Il s’agit des derniers mots de notre Seigneur Jésus avant de monter au ciel (versets 18 à 20) :

 

« Jésus s'approcha et leur dit : « Tout pouvoir m'a été donné dans le ciel et sur la terre. Allez [donc], faites de toutes les nations des disciples, baptisez-les au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit et enseignez-leur à mettre en pratique tout ce que je vous ai prescrit. Et moi, je suis avec vous tous les jours, jusqu'à la fin du monde. »

 

Dans ces versets, nous voyons ce que Dieu attend de nous. Pas seulement d’être de simples croyants, mais il est précisé : des disciples.

 

Nous allons voir ensemble ce que signifie être disciple, les conditions pour l’être, et les conséquences de ce statut.

 

 

 

1. Etre disciple, définition

 

 

Regardons tout d’abord la définition de ce mot.

Je ne sais pas si vous avez remarqué, aujourd’hui pour donner une définition, même les grands medias (journaux, la télé…) citent la définition donnée par Wikipédia ! Alors qu’autrefois, on ouvrait le dictionnaire Larousse ou le Petit Robert.  Autres temps, autres habitudes…

 

J’ai tenu à regarder un vrai dictionnaire, et j’ai pris la Larousse Junior des enfants. Quel plaisir d’ouvrir ces pages, et de retrouver des mots expliqués, des exemples, des illustrations. On retrouve vite le goût de la lecture que nous avions enfants, lorsque le dictionnaire était pour nous une source inépuisable de découvertes !

 

Voici la définition donnée pour le mot « Disciple » :

Personne qui suit l’enseignement d’un Maitre, et qui adopte ses idées (ex : les disciples de Jésus).

« Disciple » ne vient pas du grec, une fois n’est pas coutume, mais du latin : « Discere » (apprendre). Ce mot a donné par déclinaison « Discipulus » (élève, apprenti).

On voit donc que le Disciple est avant tout un élève. Un élève :

 

1)     qui apprend de son Maitre,

2)     qui suit son enseignement.

 

Ici, dans notre contexte, le Maitre, c’est le Seigneur.

 

Il s’agit donc plus qu’un simple croyant.

Car si un disciple est forcément un croyant, un croyant n’est pas forcément un disciple !

 

En effet, il y a beaucoup de personnes qui croient que Dieu existe, mais qui ne suivent pas ce que dit la Bible.

Pour prendre une image, tout le monde croit qu’Emmanuel Macron est le président de la République française. Mais est-ce que tous sont d’accord avec lui ? Est-ce que tous suivent sa politique ? Nous devrions bientôt le savoir ! ;-)

 

Il y a également beaucoup de personnes qui disent croire en Dieu, beaucoup également se disent chrétiens. Mais est-ce qu’ils ont vraiment donné leur cœur à Christ ?

 

Jésus est mort sur la croix pour payer à notre place le prix de nos péchés, c’est à dire le prix de notre désobéissance à Dieu. Une chose c’est de le croire, une autre chose c’est de demander à Dieu le pardon de ses fautes, d’accepter ce sacrifice pour soi-même, de donner  son cœur et sa vie à Jésus, de changer de vie pour fuir dorénavant le péché et faire tout ce que dit la Bible. C’est la différence entre un simple croyant et un vrai disciple.

 

Alors mes amis, si nous avons confessé le beau nom de Jésus-Christ et que nous avons été baptisés : ne soyons pas de simples croyants, mais soyons bel et bien des disciples. Plongeons nos regards dans l’enseignement du Maitre, dans la Bible, et mettons en pratique ce que dit la Parole de Dieu. Voilà la clé d’une vie heureuse avec le Seigneur.

 

Regardez ce que nous dit la Bible dans l’épitre de Jacques, au chapitre 1 au verset 25 :

« Mais celui qui a plongé les regards dans la loi parfaite, la loi de la liberté, et qui a persévéré, celui qui n'a pas oublié ce qu'il a entendu mais qui se met au travail, celui-là sera heureux dans son activité. »

 

Pour être heureux, il faut faire ce que dit la Bible.

 

 

FIN DE LA PARTIE 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                  

  2. Les conditions pour être disciples

 

Voyons à présent quelles sont les  conditions pour être un disciple.

 

a)      Renoncer à soi-même

 

Lisons Luc 14 :26

« Si quelqu'un vient à moi sans me préférer à son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères et ses sœurs, et même à sa propre vie, il ne peut pas être mon disciple. »

 

Etre disciple, cela peut impliquer de grands, parfois de très grands, sacrifices.

 

Jésus dit ici que l’amour que nous avons pour Lui, notre Maitre, doit être au-dessus de tout.

Que celui qui vient à Lui doit l’aimer plus que sa famille. Et nous avons l’exemple, dans certaines cultures, où se convertir signifie être obligé de rompre définitivement  les liens avec ceux que l’on aime.

 

Regardons l’exemple de notre seigneur dans Philippiens 2 :6-7

«Existant en forme de Dieu, il n'a point regardé comme une proie à arracher d'être égal avec Dieu, mais s'est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes; et ayant paru comme un simple homme, il s'est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu'à la mort, même jusqu'à la mort de la croix».

 

Christ lui-même a accepté d’être séparé de Son Père sur la Croix. Le Dieu qui nous demande des sacrifices n’est pas un Dieu qui ne fait pas de sacrifices.

 

Oui, le disciple doit donner la priorité à Son Maître dans sa vie, et dans son cœur.

 

FIN DE LA PARTIE 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                          

 

                                                                                      

b)     Tout quitter

 

Toujours dans Luc 14, au verset 33 : « Ainsi donc aucun de vous, à moins de renoncer à tout ce qu'il possède, ne peut être mon disciple. »

 

Etre disciple, c’est aussi renoncer à sa propre vie (le verset précédent l’évoquait déjà). Combien de pasteurs ou de missionnaires ont tout sacrifié pour suivre leur Maitre ?

 

J’ai connu un jeune homme issu d’une grande famille aristocratique britannique, qui avait étudié dans les plus grandes écoles de commerce, et qui était arrivé au poste de trader à La City. Un jour, il a connu Christ, et a décidé de tout abandonner pour s’inscrire dans un Institut Biblique pour servir son Seigneur. Christ a beaucoup utilisé ce frère, qui forme à présent de nombreux pasteurs et missionnaires en Belgique.

 

Etre disciple, cela peut conduire à abandonner ses rêves, ses passions aussi, pour se consacrer à une mission plus essentielle : servir le Seigneur et son église.

 

Vous êtes-vous déjà posé la question si Christ vous demandait de tout abandonner pour le suivre ? Seriez-vous prêt à le faire ?

 

Nous venons de voir que devenir disciple est un engagement important, qui peut nous impliquer de faire des sacrifices coûteux. Christ prévient que nous devons bien considérer cela avant de nous engager, afin de ne pas prendre ceci à la légère.

 

Nous venons de lire deux passages dans Luc 14. Mais entre ces deux extraits, regardons les avertissements du Seigneur (26-30) :

 

« Si quelqu'un vient à moi sans me préférer à son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères et ses sœurs, et même à sa propre vie, il ne peut pas être mon disciple.

Celui qui ne porte pas sa croix et ne me suit pas ne peut pas être mon disciple.

En effet, si l'un de vous veut construire une tour, il s'assied d'abord pour calculer la dépense et voir s'il a de quoi la terminer. Autrement, si après avoir posé les fondations il ne peut pas la terminer, tous ceux qui le verront se mettront à se moquer de lui en disant : ‘Cet homme a commencé à construire, et il n'a pas pu finir.’

 

Le Seigneur nous avertit. On ne devient pas son disciple sur un coup de tête, ni même superficiellement. Suivre Jésus engage la vie entière du disciple et lui donne une grande responsabilité vis-à-vis du monde qui l’entoure. En devenant son disciple, il devient son représentant là où il vit, et son témoignage porte des fruits en l’honneur de Dieu ou pas.

 

 

c)      (rappel : renoncer à soi-même, être prêt à tout quitter) Etre ferme et constant

 

Lisons encore un autre passage dans Jean 8:31 :

 

« Alors il (Jésus) dit aux Juifs qui avaient cru en lui : « Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples… »

 

Pour être disciple, il faut également être constant dans la lecture de la Parole de Dieu et mettre en pratique tout ce que nous lisons.

 

Lisez-vous votre Bible ?

Lire la Bible, cela veut dire lire tout l’ancien et le nouveau testament, de la Genèse jusqu’à l’Apocalypse. Il est impossible de bien connaître la Parole de Dieu et de grandir dans la connaissance du Seigneur si nous nous contentons des versets lus au Culte le dimanche, d’un feuillet dans la « bonne semence » chaque matin, ou d’un passage pris au hasard. Il est important de lire régulièrement sa Bible, et de lire des livres en entiers (ex : les prophètes, les épitres...).

 

Les deux plus grands prétextes pour ne pas lire la Bible :

 

-          C’est un trop gros livre, je n‘ai pas le temps :

Comparez un roman de la littérature classique française comme « les trois mousquetaires » d’Alexandre Dumas. Il est deux fois plus épais qu’une Bible !

Bien sûr, la Bible demandera plus de réflexion et ne peut se lire comme un roman, mais sa taille ne doit pas nous effrayer. Il existe des programmes simples de lecture pour la terminer en un an.

 

-          La Bible est compliquée :

La Bible ne devrait pas nous faire peur. Plus nous la lisons, et plus elle nous éclaire sur les passages les plus compliqués. Et puis il y le Culte où le prédicateur explique les passages bibliques pour les remettre parfois dans leur contexte. Enfin, il y a aussi les études bibliques pour approfondir des sujets et poser des questions.

 

FIN DE LA PARTIE 3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                        

                                                                                

 

 

3. Les conséquences visibles de cet engagement 

 

3ème et dernier point que nous verrons ensemble : quelles sont les conséquences visibles dans la vie d’une personne qui est un disciple ? Qu’est-ce qui doit se voir ?

 

Tout d’abord, cela implique de porter du fruit. Regardez avec moi dans Jean 15 :8

« Ce qui manifeste la gloire de mon Père, c'est que vous portiez beaucoup de fruit. Vous serez alors vraiment mes disciples. »

 

Il faut être disciple de Jésus-Christ pour faire des disciples de Jésus-Christ. Lorsque cette condition n'est pas remplie, il est certes possible de faire des disciples, mais ce sont les disciples d'un homme, d'un mouvement ou d'une secte.

 

Donc, être chrétien, cela doit se voir dans notre vie, il doit y avoir du fruit. Vous imaginez si un jour vous témoignez à un ami, et que celui-ci vous dit « Quoi ! Toi, tu es chrétien ?! Ah non non non, c’est impossible ». Tragique, non !?

 

Du temps de Jésus, il y avait des personnes qui le suivaient mais en avaient honte. Lisons dans l’Evangile de Jean, chapitre 12, verset 42-43 :

« Cependant, même parmi les chefs, beaucoup crurent en lui ; mais, à cause des pharisiens, ils ne le déclaraient pas, de crainte d'être exclus de la synagogue. En effet, ils aimèrent la gloire des hommes plus que la gloire de Dieu. »

 

Nous voyons ici l’exemple de chrétiens qui n’avaient pas renoncé à eux-mêmes, qui préféraient leur position sociale et le monde à leur Seigneur.

 

Il ne faut pas confondre ici avec les chrétiens persécutés, qui risquent parfois d’être emprisonnés ou mis à mort à cause de leur foi. Ce fut la cas d’un des disciples de Christ : Joseph d’Arimathée.

 

Jean 19 :38 « Après cela, Joseph d’Arimathée, qui était disciple de Jésus, mais en secret par crainte des Juifs, demanda à Pilate (la permission) d’enlever le corps de Jésus. »

 

N’oublions pas nos frères et sœurs persécutés dans le monde entier. Ils font souvent preuve de plus de zèle que nous en prêchant leur foi au prix de leur vie. Alors que nous-mêmes hésitons souvent à témoigner par peur du ridicule, alors qu’il nous est possible de parler et d’évangéliser librement.

 

Christ nous dit comment faire pour que le monde reconnaisse que nous sommes ses disciples (Jean 13 :35) : « A ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres. »

 

Quelqu’un a dit « notre meilleure prédication, c’est notre témoignage ».

 

Il est vrai que nous avons souvent du mal à faire venir des amis ou des membres de notre famille dans l’église. Nous avons aussi parfois du mal à témoigner sans être moqué. C’est souvent par notre façon de vivre, par notre empathie envers les autres, par notre compassion dans les épreuves que notre entourage peut traverser que nous pouvons toucher les cœurs.

 

C’est aussi le bon état d’esprit entre frères et sœurs dans nos églises qui pourra toucher les visiteurs inconvertis. Un bon état d’esprit dans nos assemblées honore le Seigneur.

 

« A ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres. »

 

FIN DE LA PARTIE 4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                      

                                                                                      

 

Conclusion

 

Pour résumer, nous avons vu ce qu’est un disciple de Christ. C’est un élève qui apprend et qui suit l’enseignement du Seigneur. C’est donc plus qu’un simple croyant. Et nous avons vu que c’est la clé d’une vie heureuse à marcher avec le Seigneur.

 

Quelles sont les  conditions ?

 

a)      Placer l’amour du Seigneur au-dessus de tout

b)     Etre prêt à tout quitter

c)      Etre ferme et constant dans la lecture de la Bible.

 

 

Les conséquences visibles de cet engagement :

 

a)      Porter du fruit

b)     Témoigner

c)      Et avoir de l’amour les uns pour les autres.

 

 

Je regardais le DVD du film « Le petit Nicolas » cette semaine avec les enfants. Parmi les personnages, on trouve Clotaire le cancre et Agnan, le premier de la classe. Et bien, le disciple, c’est le bon élève. C’est celui qui, dans son apprentissage, est « discipliné », c’est à dire sérieux et appliqué.

 

Etes-vous un disciple, un bon élève, ou êtes-vous un cancre ? Vous savez, celui qui se cache au fond de la classe pour ne pas être vu ou interrogé par le Maitre, qui ne fait pas ses devoirs, et qui mériterait le bonnet d’âne de la foi ou du service !

 

Ce message est peut-être aussi l’occasion pour vous de réfléchir dans quelles mesures vous allez pouvoir servir cette année dans l’église ?

 

John F. Kennedy a dit un jour : « Ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, mais demandez-vous ce que vous pouvez faire pour votre pays »

Nous pourrions paraphraser avec l’église : « Ne vous demandez pas ce que votre église  peut faire pour vous, mais demandez-vous ce que vous pouvez faire pour votre église ».

 

En quoi puis-je être utile ? Comment je peux aider mon pasteur ? C’est aussi le moment de faire le point sur ses dons afin de voir comment les mettre au service des frères et sœurs.

 

Voilà mes amis, j’espère que vous aurez à cœur d’être (encore un peu plus) actif dans l’église et que cet engagement vous remplira de joie dans la connaissance de notre Seigneur, que vous serez heureux à Son service, et qu’il vous affermira dans votre amour pour Lui et pour les frères et sœurs, comme un bon disciple.

 

Prions.

 

Note : Fabrice Lamirault est notre écrivain invité et membre de l’Eglise Biblique Baptiste de Nice, en France.